Alcool, tabac, psychotropes: les addictions peuvent avoir des conséquences graves sur la santé physique mais aussi mentale. Découvrez tous les services pouvant vous aider et vous accompagner.

Quelques clés

La consommation de boissons alcoolisées, de tabac ou encore de psychotropes est fréquemment associée à la vie sociale et festive. Souvent perçus comme désinhibiteurs, ces produits peuvent engendrer des conséquences néfastes en termes de santé mentale, physique mais aussi sociale : ivresse, accoutumance, intoxication, maladies cardiovasculaires, hypertension, prise de risque inconsidérées, propos ou gestes déplacés vers autrui, etc. 

A l'ULB, la notion de libre examen est essentielle. Notre objectif est de vous informer de façon objective afin que vous soyez en capacité de prendre des décisions éclairées et d’assurer un plus grand contrôle sur votre propre santé. Découvrez ci-dessous de nombreuses informations sur les assuétudes.

L'objectif de ces pages "thématiques" est de renforcer la littératie en santé* de notre Communauté Universitaire et ainsi de les aider à poser des choix éclairés qui amélioreront leur capital santé. Vous y retrouverez donc des informations sur différents sujets ainsi que des liens vers les services ressources (professionnel.les que vous pouvez contacter pour recevoir de l'aide, prendre un rendez-vous médical, ...)

 *Développer les connaissances et les compétences des personnes pour accéder aux informations sur la santé et le bien-être, les comprendre, les juger et les appliquer pour améliorer leur qualité de vie.


Mémo

Services ressources

 


Vous cherchez un.e spécialiste à qui poser vos questions? Vous souhaitez trouver un.e spécialiste pour discuter de votre consommation d'alcool, tabac ou autres psychotropes ?
Rendez-vous sur la page dédiées aux services ressources spécialisés sur ces thématiques

Services ressources assuétudes
 


 En apprendre davantage sur diverses thématiques

Alcool

Principaux faits

L'alcool est un produit psychotrope. Les boissons alcoolisées contiennent l'alcool éthylique, une substance qui peut détendre et apporter une sensation d'euphorie et de désinhibition. L'alcool engendre également un léger engourdissement du système nerveux et ralentir les réflexes. Les perceptions et les comportements peuvent être modifié suite à la consommation d'alcool.

La consommation d'alcool en grande quantité pendant plusieurs années est associée à un risque de développer des maladies chroniques mais aussi de se blesser soi-même ou autrui. Selon l'OMS, près de 25% des décès chez les personnes âgées entre 20 et 39 ans sont attribuables à l’alcool. L'alcool serait le 3e facteur de risque de décès prématuré dans le monde.

En Belgique, il est interdit de conduire un véhicule si le taux d'alcool contenu dans le sang (alcoolémie) est égal ou supérieur à 0,5 gr/litre de sang. L'alcoolémie varie en fonction du sexe, du poids, de la taille de la personne mais aussi du contexte : rapidité de consommation, prise de repas, ... Les experts estiment qu'il faut compter en moyenne 1h30 par verre standard ( = 10 cl de vin, 25 cl de bière) pour ramener le taux d'alcool à zéro.

Depuis 2018, les recommandations du Conseil Supérieur de la Santé en matière d'alcool sont 
- ne pas dépasser 10 verres standards par semaine 
- ne pas dépasser 4 verres standards par occasion 
- s'abstenir de consommer plusieurs jours par semaine 

De nombreux mouvements et challenge ont vu le jour ces dernières années pour lutter contre la consommation nocive d'alcool: 

Surconsommation - Dépendance - Alcoolisme

La consommation d'alcool est culturellement valorisée en Belgique. Le Conseil Supérieur de la Santé estiment qu'environ 10% de la population belge a un usage problématique de l'alcool. 

  • La surconsommation est une consommation d'alcool considérée comme excessive et nocive pour la santé si elle est supérieure à 21 verres par semaine pour les hommes et 14 pour les femmes. 
  • L'hyper-alcoolisation hebdomadaire se caractérise par une consommation d'au moins 6 boissons (de 10 g d'alcool pur) en une seule fois, au moins une fois par semaine.


L'OMS a défini en 1975 la dépendance comme un "état psychique et parfois physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et une substance, caractérisé par des réponses comportementales et autres, qui comportent toujours une compulsion à prendre la substance sur un rythme continu ou périodique, de façon à en ressentir les effets psychiques et parfois à éviter l'inconfort de son absence (sevrage)."

Quelques indicateurs de la dépendance qui doivent vous mettre la puce à l'oreille : 

  • Sentiment d'avoir besoin d'une quantité d'alcool pour se sentir bien (rôle anti stress, anti-dépresseur, ...)
  • Perte de contrôle quant à la quantité consommée 
  • Nécessité d'augmenter les quantités consommées afin de maintenir des besoins et effets ressentis
  • Symptômes de sevrage : tremblements, transpiration, nervosité, angoisse, sentiment de malaise, nausées, insomnies
  • Arrêt de boire des boissons alcoolisées infructueuse

Une dépendance physique apparaitrait après une consommation d'alcool de : 
- plus de 3 verres par jour pendant 10 ans pour les hommes
- plus de 2 verres par jour pendant 5 ans pour les femmes

L'alcoolisme est quant à lui défini comme une addiction aux boissons alcoolisées, elle se caractérise par une dépendance pychologique ou physique. Les personnes ne contrôlent plus leur consommation en raison d'une dépendance physique et émotionnelle aux boissons alcoolisées. Les experts soulignent qu'il existe deux formes d'alcoolisme:
- être incapable de se passer de boire tous les jours
- être incapable de s'arrêter quand on consomme une boisson alcoolisée

Binge Drinking

Le Binge Drinking consiste à boire occasionnellement des quantités importantes d'alcool (selon le conseil supérieur de la santé : plus de 5 boissons -10gr d'acool pur- en une seule fois/occasion au moins 1xpar semaine). Cette pratique est aujourd'hui répandue notamment chez les jeunes. 

  • A court terme, cette consommation conséquente mène généralement à l'ivresse.
  • A long terme, les chercheurs indiquent que le Binge Drinking amène des modifications importantes et durables comme des troubles physiques, relationnels, cognitifs ou encore de décrochage scolaire. En effet, la consommation excessive d'alcool engendre des troubles attentionnels, exécutifs et mnésiques (en particulier chez les jeunes dont le cerveau est toujours en maturation).                           

Soumission chimique : administrer un produit à l'insu d'une personne 

Nos campus ne sont malheureusement pas épargnés par des problèmes de société tels que les agressions sexuelles ou encore la soumission chimique... 

La soumission chimique (SC) est l’administration à des fins criminelles ou délictuelles (viols, vols, violences, ... ) de substances psychoactives (alcool, médicaments ou les deux à la fois) à l’insu de la victime ou sous la menace. Dès lors mélanger une substance psychoactive à des boissons ou des denrées alimentaires dans le but de nuire à l'état de santé et sans le consentement d'une personne n'est pas un jeu et est condamnée par la loi. 

Pour rappel, le produit psychoactif le plus utilisé dans le cadre de la soumission chimique est l'alcool lui-même et non les médicaments et autres produits psychoactifs.

En pratique :

Si lors d'une activité festive un.e ami.e est somnolente ou euphorique sans raison, celle-ci pourrait avoir été droguée à son insu.
Appelez rapidement les secours (n°112) et demandez une prise de sang (très rapidement) et un test urinaire (dans les 12heures) afin de vérifier la présence : 

- Benzodiazépine (effet de somnolence)
-  Antihistaminiques (effet de somnolence)
-  Anti-dépresseurs
-  Kétamine (perturbe la mémoire)
-  GHB/GBL (perte de mémoire)


Si le lendemain d'une soirée vous soupçonnez avoir été drogué à votre insu, voici les quelques gestes à adopter : 
- Récoltez vous même dans un pot vos urines
- Ne vous lavez pas et mettez les vêtements que vous portiez la veille dans un sac
- Rendez-vous rapidement dans un Centre de Prise en Charge des Violences Sexuelles (cpvs) ou dans un commissariat 


CPVS :
320 Rue Haute, 1000 Bruxelles.
24h/24h, 7 jours sur 7
02 535 45 42
NB: la police peut vous escorter jusqu'à ce centre Appelez rapidement les secours (n°112) ou rendez-vous aux urgences d'un hôpitalet Demandez une prise de sang (très rapidement) et un test urinaire (dans les 12heures) afin de vérifier la présence : 

Boissons énergisantes et caféine

Principaux faits

Les boissons énergisantes sont composées d'une forte concentration en caféine et en sucre. Elles contiennent généralement de la taurine qui décuple les effets de la caféine.Grâce à la caféine, les boissons énergisantes stimulent le système nerveux. Attention, ces boissons sont des excitants, elles procurent rarement une dose d'énergie: elles ne font que masquer la fatigue. Elles peuvent également augmenter le risque d'accident cardiovasculaire chez certaines personnes.

Une surconsommation des boissons énergisantes, par exemple en période de blocus ou d'examens, peut entrainer des maux de tête, difficultés de concentration, fatigue, irritabilité, insomnie, tremblements, anxiété, tachycardie, ...

Les boissons énergisantes sont à différencier des boissons énergétiques (qui contiennent quant à elles de l'eau et des minéraux). Les boissons énergétiques peuvent donc apporter de l'énergie lors d'efforts prolongés et peuvent participer à la réhydratation. 

Recommandations 

Le Conseil supérieur de la santé recommande de ne pas dépasser 400mg de caféine par jour (pour un adulte). 

Les boissons énergisantes sont déconseillées pour les femmes enceintes ou allaitantes, les enfants de moins de 16 ans et les personnes diabétiques.

Tabac

Principaux faits

Le tabagisme est l'accoutumance à un produit fabriqué à partir de feuille de tabac. Ces produits peuvent être fumés mais aussi chiqués ou encore prisés. La consommation de ce produit est très fréquente à travers tous les continents. Ces produits contiennent tous de la nicotine, substance psychotrope entrainant une forte dépendance.

Le tabagisme, qu'il soit actif ou passif, est à l'origine de plusieurs affections et maladies chroniques : affections pulmonaires, maladies cardiovasculaire, hypertension, cancer, etc. De nombreux pays disposent d'une législation sur cette thématique :  limiter la publicité en faveur de ces produits, fixer un âge légal pour acheter du tabac, interdire la consommation dans certains lieux, etc.

Depuis 1988, le 31 mai est la « Journée Mondiale sans tabac ». A cet égard, il est pertinent de rappeler les conséquences néfastes liés au tabagisme sur la santé et le bien-être.  

Dépendance

L'OMS a défini en 1975 la dépendance comme un "état psychique et parfois physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et une substance, caractérisé par des réponses comportementales et autres, qui comportent toujours une compulsion à prendre la substance sur un rythme continu ou périodique, de façon à en ressentir les effets psychiques et parfois à éviter l'inconfort de son absence (sevrage)."

Quelques indicateurs de la dépendance qui doivent vous mettre la puce à l'oreille : 

  • Sentiment d'avoir besoin d'une dose de nicotine pour se sentir bien (rôle anti stress, anti-dépresseur, ...)
  • Perte de contrôle quant à la quantité consommée 
  • Nécessité d'augmenter les doses consommées afin de maintenir des besoins et effets ressentis
  • Symptômes de sevrage : tremblements, transpiration, nervosité, angoisse, sentiment de malaise, nausées, insomnies
  • Arrêt de fumer infructueux 
Services d'aide

Vous souhaitez vous renseigner sur le tabac ou peut-être arrêter d'en consommer ? Vous trouverez dans cette rubrique plusieurs sites et services pour vous aider dans ce nouveau défi.

Quizz& auto-évaluation

  • Découvrez un QUIZZ sur le tabac proposé par l'OMS
  • Découvrez un QUIZZ sur le tabac et ses impacts sur la santé physique, proposé par la campagne "Ensemble vers un nouveau souffle"


 

Évènements 

  • Découvrez « Ensemble vers un nouveau souffle, mai 2022 » une campagne de prévention et de gestion du tabagisme (Fares asbl ) Participez à des conférences et ateliers du 11 avril au 12 juin 2022 en Wallonie et à Bruxelles, en présentiel et en virtuel !
    Plus d'informations

  • Chaque année le 31 mai nous célébrons la Journée mondiale sans tabac. En effet, les États membres de l’Organisation mondiale de la santé ont créé cette journée mondiale en 1987 afin d'attirer l’attention sur l’épidémie de tabagisme et les décès et maladies évitables qu’elle provoque.

Amphétamines / Speed

Plus d'informations sur le produit : amphétamines / speed

Cannabis

Principaux faits

Le cannabis, ou chanvre, est une plante cultivée depuis des siècles. Il s'agit d'un produit psychotrope aux différents effets selon les variétés : relaxation mentale et physique, désinhibition, effet énergique et créatif, modification de la perception des sens (sons, couleurs, ...), etc.

Les effets varient en fonction de la concentration en substances actives dans le produit consommé mais aussi selon la fréquence et la quantité de la consommation, les mélanges, etc.

L'humeur dans laquelle la personne qui consomme peut également avoir un impact sur les effets ressentis.

Plus d'informations sur le produit 

Plus d'informations sur le produit : cannabis 

Dépendance 

L'OMS a défini en 1975 la dépendance comme un "état psychique et parfois physique résultant de l'interaction entre un organisme vivant et une substance, caractérisé par des réponses comportementales et autres, qui comportent toujours une compulsion à prendre la substance sur un rythme continu ou périodique, de façon à en ressentir les effets psychiques et parfois à éviter l'inconfort de son absence (sevrage)."

Quelques indicateurs de la dépendance qui doivent vous mettre la puce à l'oreille : 

  • Sentiment d'avoir besoin d'une dose de nicotine pour se sentir bien (rôle anti stress, anti-dépresseur, ...)
  • Perte de contrôle quant à la quantité consommée 
  • Nécessité d'augmenter les doses consommées afin de maintenir des besoins et effets ressentis
  • Symptômes de sevrage : tremblements, transpiration, nervosité, angoisse, sentiment de malaise, nausées, insomnies
  • Arrêt de fumer infructueux 


 

Cocaïne

Plus d'informations sur le produit : cocaïne

GHB / GBL

Plus d'informations sur le produit : GHB / GBL

Kétamine

Plus d'informations sur le produit : Kétamine

MDMA - Ecstasy 

Plus d'informations sur le produit : MDMA - Ecstasy


 


 



Projets à l'ULB

Interdiction de fumer dans les locaux

Depuis le 1er janvier 2006, conformément à la loi en vigueur en la matière, il est interdit de fumer dans tous les locaux de l'université (auditoires, salles de réunions, bureaux, couloirs, cercles, préfabriqués,...). Cela vaut également pour les cigarettes électroniques ("vaporettes").
Des autocollants rappellent cette interdiction aux entrées principales des bâtiments; des cendriers invitent les fumeurs à éteindre leurs cigarettes, cigares ou pipes avant de pénétrer dans lesdits bâtiments.

Formation "Ca m'saoule" pour les étudiant.es délégué.es écoresponsables / réduction des risques en milieu festif estudiantin

« Ça m’saoule », projet créé en 2015, est un projet de promotion de la santé et de Réduction des Risques (RdR) PAR les étudiant.e.s POUR les étudiant.e.s de l’ULB.
Ce projet vise à diffuser des informations objectives sur la vie relationnelle, affective et sexuelle (VRAS) et sur les assuétudes (alcool, tabac, psychotropes,...) . Il a pour objectifs d’améliorer le bien-être des jeunes dans le cadre de leur vie étudiante et/ou festive en leur permettant d’adopter des comportements favorables à leur santé.

L’Association des Cercles Étudiants (ACE) de l’Université Libre de Bruxelles représente et assure la coordination de trente cercles folkloriques, qu’il s’agisse de cercles baptismaux, des cercles de section facultaire ou encore des cercles régionaux.
Chaque cercle est composé de plusieurs délégués, dont un.e délégué.e éco-responsable chargé.e de mener à bien le projet "Ca m'saoule".

Des partenaires spécialisés dans les thématiques abordées au sein du projet (Modus Vivendi et O'YES) forment les étudiants éco-responsable chaque année, à savoir le second week-end de septembre. ULB Santé et les autorités via le Vice-Recteur aux affaires étudiantes soutiennent ce projet et aident à la coordination. 

En découvrir davantage 

Stands réduction des risques en milieu festif - projet "Ca m'saoule"

« Ça m’saoule », projet créé en 2015, est un projet de promotion de la santé et de Réduction des Risques (RdR) PAR les étudiant.e.s POUR les étudiant.e.s de l’ULB.
Les étudiant.es reçoivent chaque année une formation le second weekend de septembre sur différentes thématiques. 

Une fois formés, les délégués éco-responsables sensibilisent les étudiants des campus à travers des publications sur les réseaux sociaux mais aussi grâce à des animations lors des évènements festifs. Retrouvez leur stand lors des apéros ULBains, les 6H cuistax, le Psychofest, la Brassicole, le Beach Volley ou encore le Gazon.

Q2 : Un parcours de sensibilisation se tient chaque année en férvrier : "Ca m'saoule j'ai craqué.".
Cette journée a pour objectif de sensibiliser la communauté universitaire à la thématique des assuétudes : alcool, tabac, écrans, réseaux sociaux, ... 
Découvrez les stands animés par les délégué·es réduction des risques des cercles de l'ACE ainsi que des partenaires associatifs. 

https://www.facebook.com/camsaoule
Instagram: ca_msaoule
Mail : rdr@ace-ulb.be

Actualités
- En 2022 se tiendra le premier parcours de stands de sensibilisation concernant les assuétudes : rendez-vous le 27 avril sur les pelouses devant le bâtiment K.
- En 2023 se tiendra le second parcours sur cette question : rendez-vous le 22 février pour découvrir les stands de sensibilisation des étudiant.es et le 23 février pour assister à la conférence du Dr Campanella sur le Binge Drinking et ses effets sur le cerveau.
- En 2024 : on se retrouve en février ! Plus d'informations à venir


En découvrir davantage 

 

Convention alcool et milieu festif : les cercles s'engagent pour réduire la surconsommation d'alcool sur nos campus

Une enquête de 2015, réalisée par Modus Vivendi et Eurotox sur nos campus de l'ULB, a mis en lumière la problématique de la surconsommation et du binge drinking chez nos étudiant.es, principalement en milieur festif estudiantin. 

Une stratégie mobilisée en promotion de la santé est la stratégie par les politiques régissant les facteurs qui influencent le bien-être. Par conséquent, une « Charte Alcool » a été élaborée en 2019 avec les étudiants des cercles de l’ACE et en collaboration avec Modus Vivendi, ULB Santé et le vice-recteur aux affaires étudiantes.
Certte chartea avait pour objectif d’harmoniser les pratiques de consommation responsable, de diminuer les comportements à risque liés à la consommation abusive d’alcool et d’améliorer la qualité et la convivialité des événements, festifs ou autre, organisés par les cercles ACE. 

Cette charte a été évaluée et modifiée en 2022 pour devenir une convention. 
Les cercles s'engagent ainsi entre autre à :
- offrir de l'eau gratuite à chaque évènement festif estudiantin
- vendre des softs 
- vendre des bières allégées
en plus des pils
- la teneur en alcool des bières spéciales ne peut dépasser 10° et ne peuvent être vendues et consommées sur nos campus avant 18h
- les prix ont également été revus puisqu'il s'agit d'un levier pour lutter contre la surconsommation d'alcool, ils ne peuvent donc pas être trop bas
- la vente d'alcool de plus de 15° est interdite 
- l'offre et les tarifs de ces boissons doivent être indiqués sur les visuels et descriptions des événements
- ...

Des formations et stands de sensibilisation sont aussi repris dans cette convention. 

Envie d'en savoir davantage sur cette convention ? Contactez l'ACE ou ULB Santé : ulb-sante@ulb.be

Une fresque pour sensibiliser aux risques liés à la vie festive sur les murs de «la Jefke»

Une stratégie mobilisée en promotion de la santé est la stratégie axée sur les milieux de vie. 

Afin de lutter contre la surconsommation d'alcool et réduire les risques en milieu festif, ULB Santé, Modus Vivendi et un groupe de travail composé d'étudiant.es délégué.es écoresponsables du projet "Ca m'saoule" ont porté le projet de réaliser une fresque de sensibilisation à accrocher au sein de la Jefke, bâtiment emblématique où ont lieu les soirées estudiantines de l'ULB.

L’objectif est de rendre plus visibles les dispositifs santé disponibles sur place (eau en self-service, préservatifs et bouchons d’oreille gratuits) mais aussi de rappeler quelques bons conseils en lien notamment avec le consentement et le respect de l’autre, la question de l'alimentation avant une sortie, boire de l'eau durant les festivités et enfin porter des bouchons d'oreille

Une fois les messages de sensibilisation travaillé au sein de GT Ca m'saoule, cette fresque a été réalisée par les artistes Wiggy Jay et le collectif Boîte Magik .

Safezone

Découvrez la safezone :  un espace de réduction des risques en milieu festif !  Les délégué.es des cercles de l'ACE vous reçoivent au sein de cet espace. 

Dirigez vous vers la Safezone pour recevoir des bouchons d'oreille, des préservatifs ou pour vous reposer en sécurité si vous êtes trop ivre ! Vous pourrez vous reposer en attendant qu'un. ami.e vienne vous chercher pour vous ramener chez vous ou qu'une ambulance vienne vous chercher. 

Les délégué.es ont pour mission de prendre soin de leurs pairs lors des fêtes qu'ils et elles organisent sur nos campus à l'ULB. Ils et elles sont formé.es aux gestes de premiers secours ainsi qu'à l'écoute active. Ils et elles ont également reçu des formations par Modus Vivendi pour en apprendre davantage sur les assuétudes : alcool, bad trip, etc.

L'objectif de ce projet est de : 
- réduire les risques encourus suite à une (sur)consommation d'alcool et autres substances
- responsabiliser les cercles étudiant.es qui organisent des activités bibitives et améliorer certaines pratiques festives en amont

Plus d'informations

Sensibilisation : Semaine sans tabac

Le FARES, le Plan Wallon Sans Tabac et ULB Santé vous invitent cette semaine à participer à la “Semaine Sans Tabac”. Différents événements consacrés aux bénéfices de la réduction et/ou à l’arrêt de la consommation de tabac seront mis en place du 17 au 23 mai 2021. De nombreuses actions de prévention et d’accompagnement seront mises en avant, découvrez-les à travers les Webinaires, les défis et un jeu concours

 Plus d'informations

Certificat en tabacologie

L'école de santé publique de l'ULB vous invite à obtenir un certificat en tabacologie afin d'acquérir les aptitudes et les compétences nécessaires pour aider les patients à arrêter de fumer.

 Plus d'informations

Certificat en Alcoologie

La faculté de médecine de l'ULB vous invite à obtenir un certificat interuniversitaire en alcoologie afin de comprendre l'alcoolisme et les comportements addictifs. 

Plus d'informations

Règlement du travail : prévention en matière d'alcool et drogues

Le Service interne pour la prévention et la protection au travail (SIPP) un service réservé aux membres du personnel de l'ULB.
Il est chargé de la gestion des risques au travail, notamment de la prévention en matière d'alcool et drogues

Plus d'informations sur le règlement du travail : prévention en matière d'alcool et drogues

   

Recherches à l'ULB

Enquête sur l'usage d'alcool chez les étudiant.e.s de l'ULB (2015)

En 2015, Modus Vivendi en collaboration avec l'ULB a réalisé une analyse des pratiques de consommation d’alcool auprès de 3000 étudiants de l’ULB. 
Cette enquête souligne plusieurs pratiques : 

  • La majorité des participant.e.s consomment des boissons alcoolisées

  • Près de la moitié des répondant.e.sconsomment de la bière au moins 2 à 3 fois par semaine

  • La consommation d’alcool est globalement plus élevée lors du premier quadrimestre que durant les vacances d’été

  • Les pratiques de consommation et les quantités consommées sont aussi fluctuantes en fonction du jour de la semaine: le jeudi et vendredi sont les jours où les étudiants consomment le plus de boissons alcoolisées durant le premier quadrimestre.

  • Près de 3/4 des étudiants estiment que leur consommation a augmenté ou fortement augmenté depuis leur arrivée à l’Université, et plus de la moitié participent à des pré-soirées au moins deux fois par mois.

  • Près de 16 étudiants sur 100 pratiquent très régulièrement (au moins 2 à 3 fois par semaine) le binge drinking, défini ici comme la consommation d’au moins 5 verres de boissons alcoolisées en 2 heures de temps.

    Enquête alcool ULB - 2015

Enquête habitudes de consommation : l'alcool chez les étudiant·es (2022)

En 2022, l'Observatoire de la vie étudiante de l'ULB, en collaboration avec Modus Vivendi Eurotox et ULB Santé, a lancé une enquête sur les habitudes de consommation. Cette enquête avait pour objectif d'étudier à nouveau la thématique de la consommation d'alcool chez les étudiant·es de l'ULB.

Premiers résultats : 

  • 35,5% des répondant·es ayant indiqué consommer de l’alcool au cours des deux dernières années estiment que leur consommation d’alcool a augmenté depuis leur arrivée dans l’enseignement supérieur. Pour 17,9% elle semble avoir diminué, et pour près de la moitié (46,6%), elle est perçue comme inchangée. L’âge moyen auquel la consommation d’alcool a commencé à être régulière est de 16,7 ans, et on n’observe pas de variations significatives de cette moyenne selon le genre.
     
  • 13,8% des répondantes et répondants ont déclaré pratiquer le binge drinking (boire 5 verres d’alcool ou plus en 2h) au moins une fois par semaine. 
    Si ces pratiques de consommation excessive atteignent un pic dans la tranche des 21-26 ans, elles tendent à diminuer au-delà de cet âge.
    *Pour rappel le « binge-drinking » est compris comme la consommation de 5 verres de boissons alcoolisées ou plus en 2 heures
     
  • Les résultats indiquent que la majorité des répondants (91,9%) se sent sûre de ne pas consommer d'alcool lorsqu'ils et elles regardent la télévision, écoutent de la musique ou lisent un livre. De même, lorsqu'ils et elles sont seul·es (89,7%), rentrent chez elles·eux (89,9%), ou viennent de faire du sport (92,9%), la majorité est également confiante dans le fait qu’ils et elles ne consommeraient pas d'alcool.
    Les sorties sont les occasions pendant lesquelles il est le plus difficile de résister à la consommation d’alcool :
    1 répondant·e sur 4 estime ne pas pouvoir y résister dans ce contexte, et seul·es 36% sont certain·es de pouvoir le faire. Le fait que les proches boivent est également un incitant : 11,4% ne pensent pas pouvoir y résister, et moins de la moitié seraient sûr·es d’en être capables. Vient ensuite le fait de se voir proposer une boisson alcoolisée, qui conduirait 7,1% à consommer de l’alcool.
     
  • La majorité des répondant·es qui consomment de l’alcool considère que leur consommation d’alcool est largement en dessous (39,2%) ou un peu en dessous (24,1%) de celles des autres étudiant·es, portant le total de celles et ceux qui estiment consommer moins que la moyenne à 63,3% .
    Cela signifie en creux qu’une majorité estime que les autres étudiant·es boivent plus qu’elles et eux, ce qui comporte le risque de conduire à une prise d’alcool excessive non désirée par soucis de conformité
     
  • Si la majorité relate consommer de l’alcool principalement pour s’amuser ou fêter des événements avec leurs amis, une plus faible mais néanmoins préoccupante proportion déclare le faire souvent à toujours pour se sentir intégrés (8,1%), avoir plus confiance en elles/eux (11%), ou encore pour moins ressentir leur mal-être (8,3%). Les plus jeunes semblent plus souvent justifier la consommation d’alcool par les occasions sociales et festives, tandis que les plus âgés sont plus souvent concerné·es par ce qui se rapproche de comportements addictifs. Plus de détails : 

    - motivations de renforcement, on note qu’une majorité des consommateur·rices déclare boire de l’alcool « souvent à toujours » parce que ça les amuse (41%), pour les sensations que cela procure (35,8%) ou encore pour le goût de l’alcool (35,7%)

    - motivations sociales, on retient que 53,6% boivent « souvent à toujours » pour fêter un événement avec des ami·es, et de moindres proportions mentionnent qu’ils et elles boivent à la même fréquence pour apprécier la fête (21%), et parce que cela fait partie de leur style de vie (8,7%)

    -motivations compensatoires, qui regroupent des items faisant référence à la santé mentale des répondant·es. On y voit notamment qu’une part significative des répondant·es déclare boire pour avoir une meilleure confiance en soi (11% souvent à toujours, et 35,8% rarement à parfois), pour oublier leurs soucis (8,3% souvent à toujours et 28,7% rarement à parfois), ou encore pour moins ressentir leur mal-être (8,3% souvent à toujours et 25,5% rarement à parfois).
     
  • La fréquence de la fête est fortement liée aux pratiques de consommation excessive (binge drinking et sensation d’ivresse). En effet, plus les répondant.es « font la fête », plus ils et elles sont susceptibles de pratiquer le binge drinking ou de boire jusqu’à l’ivresse.Chez les répondant·es qui consomment de l’alcool, les lieux festifs les plus fréquentés pour boire sont les cafés/bars (68,3%), chez des ami·es (56,5%), les discothèques / bars dansants (28,1%) et les salles de fêtes étudiant·es telle que la Jefke (24%).
     
  • Conduites à risques liées à une consommation excessive d'alcool :
    - avoir été incapables de réaliser un travail ou étudier (31,9% rarement à parfois, et 7,9% souvent à toujours)
    - avoir séché un cours (27,4% rarement à parfois, 11,1% souvent à toujours)
    - être monté·e dans une voiture alors que le·la conducteur·rice avait bu (21,9% rarement à parfois, 2,3% souvent à toujours)
    - avoir soi-même conduit un véhicule (voiture, vélo, trottinette) en ayant consommé (19,3% rarement à parfois, 4,2% souvent à toujours)
    - avoir eu des rapports sexuels non protégés (10,9% des répondant·es rarement à parfois, et 1,8% souvent à toujours)
    - 5,2% des répondant·es déclarent avoir subi au moins un abus sexuel dans le contexte d’une consommation d’alcool au cours des 12 derniers mois
    *(sachant que, pour rappel, cette enquête fut diffusée seulement 3 mois après la rentrée académique). Parmi les 119 répondant·es concerné·es, 92 sont des femmes, 22 sont des hommes, et 3 appartiennent à une minorité de genre. Il est important de noter que la notion d’ « abus sexuel » n’a pas été définie dans le questionnaire, les répondant·es ayant été libres d’interpréter chaque item

 / 1

Recherche à l'ULB sur le Binge Drinking

Nos modes de vies évoluent au fil du temps, que ce soit les hobbies, nos habitudes alimentaires mais aussi notre consommation d'alcool. Salvatore Campanella (ULB) et Pierre Maurage (UCL), docteurs en psychologie, se sont penchés sur un nouveau problème de santé publique : le "Binge Drinking". Le Binge Drinking consiste à boire occasionnellement des quantités importantes d'alcool. Cette pratique est aujourd'hui répandue notamment chez les jeunes. 

A court terme, cette consommation conséquente mène généralement à l'ivresse.
A long terme, les chercheurs indiquent que le Binge Drinking amène des modifications importantes et durables comme des troubles physiques, relationnels, cognitifs ou encore de décrochage scolaire. En effet, la consommation excessive d'alcool engendre des troubles attentionnels, exécutifs et mnésiques (en particulier chez les jeunes dont le cerveau est toujours en maturation).                           

Découvrez dans leur ouvrage les facteurs de risque, les conséquences de cette pratique mais aussi des recommandations et pistes de réflexion pour les consommateurs et le secteur professionnel. Ouvrage : Maurage P., Campanella S., 2021. Le Binge Drinking chez les jeunes. Une approche cognitive et neurocognitive, Mardaga, Bruxelles.

Cancer du foie lié à l’alcool : identification de nouveaux gènes impliqués

Une équipe de chercheurs (dont le Pr Eric Trépo, gastroentérologue à l’hôpital Erasme et chercheur qualifié du Fonds de la Recherche Scientifique – FNRS de l’ULB) a mené la première étude dite d’association pangénomique pour le cancer du foie lié à l’alcool.

Cette étude a permis de comparer le génome de milliers d’individus ayant une consommation excessive et chronique d’alcool et ayant développé ou non un carcinome hépatocellulaire (CHC), cancer du foie le plus fréquent et troisième cause de décès par cancer dans le monde.

Lire l'actualité 


Autres informations

Trouver un service ressource

Trouvez les services et professionnel·les qui peuvent vous aider à prendre soin de vous : 

  • Services médicaux et non-médicaux spécialisés sur la thématique des assuétudes (alcool, tabac, jeux d'argent, jeux en ligne, réseaux sociaux, ...) : cliquez ici
  • Services médicaux sur nos campus : cliquez ici

Activités et ateliers

Découvrez toutes les ateliers, groupes de paroles, conférences et journées de sensibilisation mis en place sur nos campus pour vous aider à développer vos connaissance et vous outiller. Cela vous permettra de poser des choix éclairés concernant votre santé et donc votre bien-être !


 

Mis à jour le 23 février 2024